Sur cette machine, le but est de faire passer une énorme boule de verre le long d'une gouttière sans qu'elle se brise et puisse ainsi poursuivre sa course sur les rails. Seulement voilà, après plusieurs essais, la boule de verre finit toujours par se fracasser en mille morceaux, la seconde boule composée de bois et de verre faisant basculer le pont au dernier moment. Je décide d’éxplorer les alentours et voici qu’apparaît un début de solution. En découvrant cette ”demi-boule”, il apparaît clairement que l’objectif est de construire un second contre-poids pour équilibrer le balancier. Mais petit souci, il est impossible, malgré les diférentes combinaisons offertes, d’obtenir une seconde masse identique à la première. Et puis il y aussi cette histoire d’axe mobile… En proie à une vive réflexion, je me remémore tout à coup les diverses maquettes présentes dans le bureau de Saavedro et décide d’y retourner quelques instants. Voilà, observation faite des différents balanciers et du contenu de chaque plateau, j’ai maintenant un système de référence quand à la masse de chaque matière composant les boules. De retour à Amateria, il me faudra tout de même effectuer plusieurs allers et retours afin de déterminer la bonne composition qui doit compléter la demi-boule et trouver la bonne position de l’axe par rapport à son poids total. Cette fois ça y est, la boule est passée sans encombre. Je n’oublie pas de noter la figure composée de plusieurs hexagones, c’est sans nul doute la solution au fonctionnement des consoles, hexagonales elles aussi, rencontrées à mon arrivée dans cet âge.


Les premières tentatives pour faire passer cette nouvelle boule de verre au travers de ce curieux circuit s’avèrent assez désastreuses. Il faut cependant observer attentivement le petit tableau de bord, car simultanément au lancement de la grosse boule et après que celle-ci se soit fracassée dès le premier virage, une autre, bien plus petite, continue son parcours en passant au travers d’étranges engrenages. Un petit croquis sera sans doute utile. Là encore je décide d’eplorer les environs et finit par aboutir sur les rails mêmes où, quelques instants plus tôt, l’énorme sphère de verre s’est élancée. Je poursuis mon chemin pour passer sur l’axe central du circuit. Voyons voir maintenant quel devrait-être, si tout allait bien, le parcours de la boule. En traversant le premier anneau, une forte vibration se fait sentir. Et, juste à côté, une sorte de pendule entourée des différents symboles des engrenages précédemment remarqués. La conclusion logique est que ce premier anneau correspond au premier engrenage rencontré par la mini-boule. Je me retrouve une nouvelle fois au croisement mais cette fois un niveau plus bas. J’arrive à un second anneau et fait correspondre l’aiguille de l’horloge avec le scond engrenage de mon croquis. Après avoir parcouru la totalité du circuit, être passé au travers des cinq anneaux et avoir réglé les cinq horloges, je m’en retourne à la console de commandement pour découvrir avec satisfaction que j’avais vu juste, la boule traverse chaque anneau et finit par regagner les rails. A l’instar du pont à balancier, une figure composée d’hexagones se dessine devant moi.


Ici, toute la difficulté est de faire passer la boule de verre d’un plateau à l’autre sans qu’elle ne se fracasse sur la machine et sans qu’elle ne tombe à l’eau, tout ceci afin de la faire repartir sur les rails se trouvant sur la droite. La console est composée de 2 petites roues qui tournent simultanément avec les plus grandes (note : la partie droite tourne dans le sens des aiguilles d'une montre alors que la partie gauche tourne dans le sens inverse). Arrivés en bas des petites roues, les bâtons que l’on a préalablement fichés dans les trous tombent : les grands plateaux s’arrêtent et la boule est expulsé. Toute l’astuce consiste à trouver le bon moment pour faire passer la boule d’un plateau à l’autre, c'est-à-dire placer les bâtons dans les bons trous. Un sur la droite et deux à gauche. Je tire une énième fois sur le levier. Cette fois la boule passe à gauche, puis à droite, fait un rapide retour à gauche pour finalement repartir de l'autre côté et retomber sur les rail ! Victoire ! Le dernier code hexagonal apparaît maintenant.


Après avoir rentré les trois codes hexagonaux sur les consoles de même forme, je me retrouve à l'intérieur de la pagode central. Un escalier se déploie devant moi et amène à une plateforme sur laquelle un siège m'attend. La plateforme s'élève et me voici à l'intérieur du mécanisme qui fabrique les boules de verre. Je domine toute l'île. En levant les yeux, on découvre 4 lumières de couleur associées aux 4 machines de cet âge. En pressant une des lumières, une boule se forme et se dirige vers la machine associée, pour finir par revenir dans la pagode et se briser. La dernière console doit permettre de faire circuler la boule de mécanisme en mécanisme pour finalement terminer sa course dans l'installation qui se trouve droit devant. Après plusieurs manipulations des pièces de ce puzzle, je presse la lumière bleue qui correspond au pont à balancier. Soudain, une enveloppe de verre se créée tout autour de moi. La suite est tout simplement hallucinante. Me voici projeter sur les rails à une vitesse phénomenale  ! Une fois toutes les installations traversées, mon voyage se termine et voici que le symbole d'Amateria apparaît. Le dessin joint à mes croquis, je rejoins sans attendre J'nanin.